Rio de Janeiro pour Kowal et ses proches

Yoann Kowal a bouclé sa préparation française en petit comité, samedi, au stade Francis Rongiéras. PHOTOS ARNAUD LOTH Yoann Kowal a bouclé sa préparation française en petit comité, samedi, au stade Francis Rongiéras.
Évaluer cet élément
(3 Votes)
ATHLÉTISME Le coureur Yoann Kowal, aligné au 3 000 m steeple à Rio, a fait un arrêt à Périgueux, entre sa préparation à Font-Romeu et les Jeux olympiques, pour saluer les locaux

«J’ai un peu forcé aujourd’hui, parfois ça fait ça, le public. Mais c’est bien, comme cela ils voient l’intensité du travail. C’est un peu égoïste, mais je cours d’abord pour moi, et tant mieux si ça leur donne du plaisir. »

Yoann Kowal, langue pendue à défaut de pendante, lunettes fluo vissées sur le nez, vient de terminer une heure et demie d’exercices devant une cinquantaine de personnes, accoudées, samedi, à la barrière du stade Francis-Rongiéras, à Périgueux.
En grande majorité des proches, ou des licenciés de l’Entente Périgueux Sarlat Trélissac Athlétisme (Epsta), son club, ou du Périgueux Running. L’un de ses confrères lance : « Attendez de voir à son retour. S’il est médaillé, on remplit les tribunes ! »
L’exercice de communication est rodé. Depuis quatre ans et les Jeux olympiques de Londres, Yoann Kowal cultive la proximité et organise ces « dernières séances » publiques avant chaque grande rencontre. « Il est également comme ça dans la vie, Yoann. Il arrive au club, salue tout le monde, discute avec les petits et s’entraîne avec les autres », raconte Lydia Garrouty, elle-même athlète, qui côtoie le demi-fondeur depuis son enfance. « Un hyperactif, aussi, il a essayé toutes les disciplines du club. Toujours la jauge à fond », se souvient-elle.

Huit jours à São Paulo
Et pour la garder à fond, cette jauge, Kowal devait s’acclimater au climat carioca à partir d’aujourd’hui, à São Paulo, avec ses proches. « On a emporté cinq bombes de citronnelle, pour Zika ! », plaisante Pascal Coste, le beau-père, qui s’est envolé pour le Brésil avec l’intégralité du clan Kowal.
Yoann, lui, a retrouvé son comparse et rival Mahiedine Mekhissi, mais aussi les trois durs-à-cuire kenyans, des « super gars », selon lui. Le Périgourdin s’alignera pour les premières séries du 3 000 m steeple lundi 15 août, à 15 h 25 (heure française).
Et comme l’explique son coach de toujours, Patrick Petit-Breuil : « Il est bien. On vise la finale. » Voire même, pourquoi pas, un top 6 au final.

Article paru dans le journal Sud Ouest du 8 août 2016

yoann kowal yoann kowal

 

Partenaires

  • CRYOTHERAPIE
  • Logo-perigueux
  • Luc-fauret-p
  • Maxence-rigottier
  • NUTRATLETIC
  • TEAM-PUB
  • aquacap
  • biocoop
  • cg24
  • cgr
  • eureduc-LOGO
  • grand-perigueux
  • intersport-marsac
  • logo-le-7
  • parot-automotive
  • perimedia
  • region-aquitaineq
  • rudy-project
  • semitour
  • taranis-sarl

Log in or create an account

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'y est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD