Logo
Imprimer cette page

Kowal, à plus d’un titre

Yoann Kowal (à gauche) s’est imposé au sprint l’an dernier. © PHOTO ARCHIVES AFP Yoann Kowal (à gauche) s’est imposé au sprint l’an dernier.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Périgourdin devrait conserver son titre sur 3 000 mètres steeple, demain après-midi. Il assurerait ainsi sa sélection pour les prochains Mondiaux, fin août à Pékin.

Yoann Kowal a déjà un pied à Pékin. Demain, il peut poser le deuxième. Le Périgourdin a réalisé la performance minimale pour être sélectionné pour les championnats du monde dès son premier 3 000 m steeple de l'année, le 14 juin à Rabat (8'18''38).

Les minima sont souvent suffisants pour être retenu parmi les trois Français - au maximum - dans sa catégorie. Mais un podium lors des championnats de France est aussi demandé par la Direction Technique Nationale.

La place de Kowal dans la sélection tricolore, qui sera annoncée fin juillet, ne fait guère de doute. En l'absence de Mahiedine Mekhissi-Benabbad, blessé pour toute la saison, le Périgourdin est le seul à représenter la France lors des rendez-vous internationaux. Il a bien sûr le meilleur bilan des seize engagés sur la piste du stadium Lille-Métropole de Villeneuve-d'Ascq, avec près de 20 secondes d'avance sur Mathieu Bazin (8'36''16).

Mais le champion d'Europe ne traîne pas des pieds pour venir aux « France ». Il n'a pas raté une édition depuis ses débuts en élite, en 2008, remportant trois titres (voir ci-contre). « Je commence à être vieux, sourit-il. C'est un rendez-vous important, un passage obligatoire dans la saison. C'est aussi l'occasion de représenter son club, sa ville, d'être au contact du public français. »

« Être vigilant et concentré »

Sauf surprise, il devrait conserver sa couronne, demain en fin de programme, à partir de 18 heures. « Je serai déçu de ne pas gagner, avoue le coureur de 28 ans. Mais je respecte tous mes adversaires. Tout peut arriver, il suffit de mal franchir une barrière. Il faut être vigilant et concentré de bout en bout. » Son entraîneur, Patrick Petitbreuil, confirme : « S'il ne gagne pas, c'est qu'il a eu un problème. Il faudra bien se placer, ne pas tomber. L'objectif est bien sûr de gagner, mais aussi de finir fort. »

La stratégie n'est pas encore déterminée. « Il y a plusieurs possibilités, présente l'athlète. Soit je reste dans le peloton et j'attaque à 300 mètres de l'arrivée, soit je me comporte en patron en prenant la tête d'entrée et en faisant ma course à fond. » L'an dernier, à Reims, il s'était imposé au prix d'un sprint dans la dernière ligne droite (8'49''14). S'il cherche une source de motivation, le (vieux) record des championnats peut aussi être un objectif (Raymond Pannier en 8'17''49 en 1988, à Tours).

Rassuré par sa performance à Paris, samedi dernier, en Diamond League, au milieu de la crème mondiale du steeple (12e en 8'22''17), Yoann Kowal a tranquillement préparé ses championnats. « J'ai vu que la forme revenait, alors, cette semaine, j'ai un peu coupé avec l'athlétisme, explique-t-il. Je n'ai fait qu'une séance de kiné et j'ai privilégié l'intensité à la quantité lors des entraînements. Je me suis fait plaisir aussi avec un bon resto. » Avec, paraît-il, d'excellentes profiteroles ! Puis, il a rejoint le Nord, hier soir, en avion.

Périgueux puis Font-Romeu

La course, demain, sera sa dernière sortie avant les Mondiaux à Pékin. Pourtant invité au meeting Herculis de Monaco, vendredi prochain, sur 3 000 mètres steeple, Kowal a préféré décliner. « Je vais ouvrir un cycle de travail conséquent après les France », précise-t-il. Au programme, une semaine à Périgueux. Du physique pour commencer sans passer par la piste, puis, logiquement, quelques séances en compagnie de Florian Carvalho (champion de France 2011 à 2013 sur 1 500 m), qui sera en Dordogne le week-end.

Il partira en stage dès le 20 juillet à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) jusqu'au 11 août. Le départ en Chine de la délégation française devrait intervenir vers le 13 août. « Enfin, si je suis sélectionné », glisse « Yoko », qui peut clore le léger suspense dès demain.

Sud-Ouest du 11 juillet 2015, Cédric SOCCA

© 2015 Site Officiel de Yoann Kowal, athlète spécialiste du demi-fond - Tous droits réservés - Créé & hébergé par Taranis Studio SARL.
Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'y est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD